Retour de la maternité témoignage 1

Au retour de la maternité, les mères de jumeaux doivent faire face à une surcharge importante de tâches matérielles, devant laquelle il est impératif qu’elles aient déjà prévu une organisation. Lorsqu’elles quittent la maternité, les mères doivent donner aux bébés, en moyenne, 14 tétées par vingt-quatre heures, dont une ou plusieurs la nuit.Les bébés tètent en général avec difficulté et lenteur.

La durée moyenne de 2 tétées et de 2 changes est de deux heures. La quantité de soins à consacrer aux enfants (repas, toilette, change, entretien du linge) a été estimée après coup par les mères à douze heures trente quotidiennes au retour de la maternité.

Devant ce constat, plusieurs nécessités s’imposent. En tout premier lieu, le recours à une aide est indispensable, que ce soit celle de la famille, ou celle de l’extérieur. c’est ce que font les deux tiers des mères qui ont déjà prévu cette organisation avant la naissance. Parmi les femmes qui avaient prévu de ne compter que sur elles mêmes, beaucoup sont revenues sur cette décision ou l’ont regrettée. Les mères de jumeaux sont confrontées à une réalité qu’elles n’avaient pas imaginée, surtout lorsqu’il s’agit de premiers nés.

La nécessité de s’organiser porte avec autant d’urgence sur l’aménagement de la maison et sur le déroulement des activités quotidiennes. Il faut aussi savoir limiter les tâches ménagères, pour pouvoir ainsi se consacrer davantage aux enfants. Il est tout aussi indispensable d’aménager des temps de repos afin de faire face psychiquement à ce surcroît de travail. Il est indispensable aussi de pouvoir s’évader à certains moments d’une vie routinière très minutée. Le recours à une aide extérieure apparaît donc nécessaire, non seulement pour s’occuper des soins aux enfants et des travaux ménagers, mais aussi pour permettre à la mère de sortir ou de se reposer dans la journée.

Chaque famille va trouver une solution différente à cette question. Certaines mères vont faire appel à leur entourage familial, d’autres vont demander l’intervention des organismes sociaux.. Beaucoup de mères souhaitent pouvoir bénéficier d’une aide à temps plein jusqu’à la fin du deuxième mois. La présence d’une personne quelques nuits par semaine est souhaitée également. D’autres préféreraient une organisation plus souple du temps global imparti : une aide intensive serait accordée les premières semaines, par la suite, il pourrait y avoir une concentration aux “heures de pointe” de la journée, cette formule permettant aussi de bénéficier plus longtemps de ce service.

La mère de jumeaux, fatiguée par la grossesse et l’accouchement, se trouve tout de suite confrontée à la surcharge des soins aux enfants, et n’a pas le temps de récupérer. Aussi, deux mois après la naissance plus de deux tiers des femmes se sentent encore fatiguées ou même très fatiguées, en particulier à cause du manque de sommeil et du surmenage.

Après une naissance de jumeaux le père est impliqué au premier chef avec la mère dans l’accueil des bébés et se trouve lui aussi confronté à la surcharge matérielle. Un tiers des couples estime que pour s’occuper de deux bébés il faut être deux.

Les pères assurent systématiquement les soins aux enfants et les travaux ménagers. Pour ce faire, ils ne bénéficient légalement que d’un congé de trois jours. Il serait souhaitable que ce congé soit allongé. Certaines parviennent à s’organiser puisque la durée moyenne du congé pris par les pères de jumeaux est de onze jours.

Certaines femmes réclament en outre la possibilité de congés rémunérés pour les pères qui le souhaitent, à la place du contingent d’heures accordé pour l’aide d’une travailleuse familiale. La mère de jumeaux peut se faciliter la vie aussi en prévoyant bien l’aménagement de la maison, en limitant les tâches ménagères, en s’organisant et en se faisant aider, éventuellement accompagner pour certaines sorties.

Source : Jumeaux, triplés et plus…, Pr Papiernik, Pr Zazzo, Dr Pons, Robin, Nathan Paris, 1992,1995, p.102-105