Les brûlures

Elles arrivent en deuxième position sur la liste des dangers qui menacent les petits.

 COMMENT RÉAGIR ?

En fait, tout dépend de la brûlure.

     Une simple rougeur de la peau:

Si la peau est à peine rouge, la brûlure est tout à fait bénigne et peut être soignée à la maison. Il faut faire couler immédiatement de l’eau fraîche, mais pas glacée, tout doucement sur la zone atteinte à une distance de 10 cm, pendant environ dix minutes. On peut ensuite recouvrir la plaie de Biafine, à l’exclusion de tout autre produit ou “remède de grand mère”.

    Une cloque quelques heures plus tard :

Si la cloque perce ou si la brûlure suinte, il faut la protéger avec une compresse stérile et changer le pansement dès qu’il est sale. Si la lésion ne cicatrise pas en une semaine ou si la peau devient rouge, chaude, douloureuse, gonflée, ou encore s’il se forme une croûte avec un pus, et si le petit blessé a de la fièvre, on peut craindre l’infection. Il faut consulter d’urgence un médecin.

    Une lésion grave et étendue:

Elle nécessite l’intervention du SAMU (15) ou des pompiers (18). Les gestes d’urgence dépendent de la cause de l’accident. Brûlure par liquide bouillant:  Si le liquide brûlant s’est répandu sur les vêtements en coton en laine ou en lin, déshabillez doucement l’enfant (si possible en découpant la partie du vêtement en contact avec la brûlure) et arrosez d’eau froide uniquement la zone brûlée, pendant au moins dix minutes. Recouvrez avec un drap propre. En revanche, n’essayez jamais d’enlever les vêtements en tissus synthétique en contact direct avec la peau (vous risqueriez de la décoller en même temps), laissez couler l’eau froide par-dessus le vêtement.

    Brûlure par flammes:

Lorsque les vêtements d’un enfant prennent feu, il faut l’empêcher de se mettre à courir et éteindre les flammes le plus vite possible les étouffant avec une couverture en laine ou en coton, une serviette mouillée, tout en roulant la petite victime au sol.  S’il s’agit d’une huile enflammée, étouffez les flammes avec un linge humide, mais n’utilisez pas d’eau tant que le feu n’est pas éteint. Dans ces deux cas, ne retirez pas les vêtements de l’enfant, quelle que soit leur composition, mais arrosez abondamment la zone brûlée avec de l’eau froide pendant au moins dix minutes.

    Brûlure par courant électrique:

D’apparence souvent bénigne, elle doit être considérée comme grave si elle touche les doigts, la bouche, la face, les yeux. Il faut alors obligatoirement consulter un médecin de toute urgence.Brûlure par liquides caustiques. En cas de projection de base (soude caustique) ou d’acide (chlorhydrique), si les vêtements de l’enfant sont imprégnés, il faut très vite le déshabiller, après avoir mis des gants pour se protéger. Arrosez ensuite abondamment la zone atteinte avec de l’eau pendant dix minutes. Dans tous les cas , en attendant l’arrivée des secours, calmez l’enfant, allongez-le de préférence sur une zone de peau saine, sur un drap propre. Couvrez-le avec le drap et une couverture.

 CE QU’IL NE FAUT SURTOUT PAS FAIRE

     N’appliquez jamais de graisse, d’huile, de pommade ou de solution antiseptique sur une brûlure, sans avis médical. Seule la Biafine peut être employée sans crainte pour de petites brûlures.

    N’utilisez pas de Biogaze pour les petits enfants, car le camphre qu’elle contient peut entraîner des convulsions.En cas de brûlures graves, il est impératif de ne rien donner à boire au petit blessé.

    ÉVALUER LA GRAVITÉ Les différents degrés :
    Brûlée au 1° degré, la peau est rouge, gonflée et douloureuse.
    Au 2° degré, des cloques apparaissent, fermées (ne jamais les percer) ou vite éclatées. Parfois, à certains endroits, la peau est remplacée par des zones jaunâtres, semées d’un piqueté hémorragique. Il s’agit alors de brûlures très douloureuses et dangereuses (2° degré profond), en raison de la perte de liquides physiologiques qu’elle entraînent.
    Le 3° degré correspond à la carbonisation des tissus, qui sont devenus marrons et indolores. Ces brûlures (barbecue ou incendie) nécessitent l’hospitalisation en service spécialisé pour grand brûlés. La surface de peau atteinte est considérée comme grave toute brûlure égale ou supérieure à 5 % de la surface du corps de l’enfant et à 10 % de celle d’un adulte. La localisation sur certaines parties du corps sont plus “à risque” que d’autre : plis de flexion (arrière du genou, pli du coude), yeux, visage, cuir chevelu, mains, orifices naturels, périnée.
    Des atteintes du deuxième degré touchant ces zones doivent être traitées dans des centres spécialisés pour grands brûlés.

Source : Les cahiers pratiques de Parents magasine, par le Dr Jean Lavaud, médecin des hôpitaux, responsable du SMUR pédiatrique de l’hôpital Necker.