L’école témoignage 1

Sans avoir la prétention d’établir ici un « guide » ou une « méthode » sur l’éducation des enfants, nous souhaiterions simplement faire partager notre expérience en la matière.

Précisons que nos trois enfants sont actuellement âgés de bientôt 10 ans pour notre fille aînée et de 8 ans pour les deux « cadets ». Avant d’entrer dans la vie scolaire, tous trois sont allés en crèche, notre souhait étant de les sortir le plus tôt possible du cocon familial pour les initier à la vie en collectivité.

Lors de l’entrée en maternelle des garçons, se posa LA grande question : faut-il les séparer ou les garder ensemble ? Dans un premier temps, nous avons tout simplement décidé … de ne rien décider, n’ayant pas d’a-priori en faveur de l’une ou l’autre option. Nous sommes donc allés voir la Directrice de l’école maternelle pour solliciter son avis : se basant sur son expérience, celle-ci nous a conseillé de les laisser ensemble la première année, ce qui reste dans la continuité de la crèche et de les séparer ensuite si tout se passait bien. Ce fut le cas, et la scolarité maternelle de nos trois enfants se passa plutôt bien ; d’autant que nous avons eu la chance d’avoir affaire à une équipe enseignante bien soudée, connaissant son sujet, et forte de l’expérience de plusieurs couples de jumeaux et triplés.

    En primaire, dans la continuité de la maternelle, nos fils ont poursuivi leur cursus séparément. Ce qui paraissait logique de prime abord ne l’était cependant pas forcément . En effet du fait de la carte scolaire de notre ville, les élèves issus de l’école maternelle fréquentée par nos enfants sont regroupés dans une classe de CP, le deuxième CP rassemblant les élèves d’une autre maternelle. En conséquence, l’un de nos fils allait se trouver avec des enfants qu’il ne connaissait pas. Après mûre réflexion, à laquelle nous avons là également pris soin d’associer les enseignants, nous avons décider d’affecter au CP « inconnu » le plus  indépendant des enfants. Cela s’est avéré par la suite un faux problème, les enfants de cet âge s’adaptant plus aisément qu’on ne le pense à ce type de changement ! Contrairement à ce qui s’était passé précédemment en maternelle, nous nous sommes trouvés confrontés lors du passage en primaire à pas mal d’idées reçues en matière de gémellité.

Citons certains exemples : au prétexte que Baptiste apprenait à lire et écrire plus vite que son frère Vincent, la maîtresse de ce dernier décida qu’il était dyslexique, puisque « dans un couple de jumeaux il y en a presque toujours un pour l’être », et entreprit de nous sur-documenter sur la question. Depuis, Vincent a appris à lire sans orthophoniste, mais avec l’aide de ses parents. Fière d’elle-même et du soin qu’elle prenait à ne pas oublier les particularités de ses élèves, cette même enseignante nous a montré son cahier, où, en regard du nom de notre fils figurait la mention « attention : jumeau », comme pour d’autres « porte des lunettes » ou « gaucher » etc . propos entendus d’une dame de cantine, un midi, dans la cour d’école : « eh ! les jumeaux ! y’en a un qu’a pas mangé ! lequel ? » etc. etc. etc.

    Notre expérience « scolaire », même si elle est encore courte, nous conduit à préconiser de : Ne pas hésiter à aller voir régulièrement les enseignants, à tous les stades de la scolarité pour éliminer toutes les idées reçues sur les multiples, Prendre soin de leur suggérer ce que vous souhaitez pour vos enfants, mais leur laisser décider au final … ce que vous aurez vous-mêmes décidé ! S’inscrire à une fédération de parents d’élèves et se faire élire au conseil d’école. Vous pouvez ainsi rester informés de la vie scolaire, y participer et faire passer vos messages y compris auprès des autres parents. Enfin, même si là aussi cela paraît devoir enfoncer des portes ouvertes, ne pas oublier d’habiller et de coiffer vos enfants de manière très distincte. Le personnel scolaire vous en sera très reconnaissant et vos enfants aussi. Pas leurs camarades, car eux les distinguent depuis le début !
Laurent Nebuloni Papa de Céline 10 ans et Vincent et Baptiste 9 ans.